::OBESITE-87::  Index du Forum
ATTENTION Stationnement soit sur place soit place Winston Churchil

SAMEDI 08 DECEMBRE 2018

PROCHAINE REUNION TRIMESTRIELLE

AU CONSEIL DEPARTEMENTAL
A 14HEURES
11 rue François Chénieux à LIMOGES / Entrée, rue Montmailler

VIDE DRESSING au CONSEIL DEPARTEMENTAL A PARTIR DE 11h15 JUSQU'À 17h
MARCHE EXCEPTIONNELLE DU 9 SEPTEMBRE A 9H00. Circuit de 4,5 Kms ( Possibilité, pour ceux qui ne veulent pas faire les 4,5 Kms, de prendre un raccourci pour faire un trajet moitié moins long.)
Rendez vous au niveau du restaurant « Le Bistrot des Quais » , 16 Rue du Port du Naveix, 87000 Limoges (stationnement facile) pour une marche en bord de Vienne ! Opéré(e) ou non, adhérent(e) ou non
::OBESITE-87::
Forum sur la chirurgie de l'obésité
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

DR SODJI
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ::OBESITE-87:: Index du Forum -> Sources alimentaires des vitamines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
charpentier valérie



Inscrit le: 27 Jan 2006
Messages: 82
Localisation: limoges

MessagePosté le: Lun Jan 07, 2008 11:11 am    Sujet du message: importance des vitamines Répondre en citant

bonjour
merci à toutes celles qui ont fourni les explications sur les différentes vitamines
Cela fait un peu plus de trois ans que j'ai un by-pass et jusqu'à cet été je n'avais jamais eu de carences vitaminiques
Je me sentais fatiguée et je mettais ça sur le compte du stress et du boulot et puis suite au bilan complet vitaminique du doc , Boum anémie ,plus de fer et maintenant plus de calcium
Je me pensais à l'abri vu que ça faisait 3 ans sans pb de ce coté-ci et bien non ,il est important de se surveiller et de voir régulièrement le doc , de prendre ses vitamines (meme si c'est pas agréable) , de suivre les recommandations diététiques de nos dièt et de faire des bilans sanguins quand le doc le juge necessaire, cela meme si c'est un peu couteux
_________________
By-pass le 12 octobre 2004 et deux réinterventions
perte de 53Kg max reprise de 20Kg
stable depuis eviron 2ans
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
JESSI



Inscrit le: 13 Aoû 2008
Messages: 164

MessagePosté le: Lun Sep 15, 2008 12:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

DEFINITION
(nom féminin)

Substance azotée qui, en faible quantité, est indispensable au bon fonctionnement de l'organisme.



Le mot « vitamine » vient de la contraction de deux mots :
_ vitale = vie
_ amine = molécule organique
Le nom « amine vitale » a été utilisé, la première fois, par les chercheurs Casimir FUNK et Sir Frédéric
GOWLAND HOPKINS lors de leurs travaux sur une substance cristalline isolée de l'enveloppe de riz, qui prévient et guérit le béribéri (Voir l'historique).
Ce terme a ainsi évolué vers le terme « vitamine ».

Ce sont des substances organiques de faible poids moléculaire, sans valeur énergétique, indispensables à la croissance, à la reproduction et au fonctionnement de l'organisme qui ne peut les synthétiser lui-même.
Elles doivent donc être fournies par l'alimentation, excepté la vitamine D1 synthétisée par la peau et les vitamines B8 et K dont une partie est synthétisée par la flore bactérienne du gros intestin.
Les vitamines ne sont pas une source d'énergie et ne possèdent pas de rôle structural dans l'organisme mais leur présence est nécessaire à la plupart des réactions biochimiques responsables de la vie cellulaire.
En effet, en l'absence de vitamines, les lipides, glucides et protides apportés par l'alimentation seraient inutilisables.
Selon la nomenclature il existe 13 vitamines : 9 hydrosolubles et 4 liposolubles. Cependant, il peut exister, pour une vitamine de nombreux sous-groupes.

Vitamine : Nom chimique :
Vitamine A Rétinol
Bêta-carotène (Provitamine)
Vitamine D Cholécalciférol (D3)
Ergocalciférol (D2)
Vitamine E Tocophérol
Vitamine K Phylloquinone (K1)
Ménaquinone (K2)
Vitamine B1 Thiamine
Vitamine B2 Riboflavine
Vitamine B3 ou PP Acide nicotinique
Nicotinamide
Vitamine B5 Acide pantothénique
Vitamine B6 Pyridoxine
Pyridoxal
Pyridoxamine
Vitamine B8 Biotine
Vitamine B9 Acide folique
Polyglutamates
Vitamine B12 Cobalamines
Vitamine C Acide ascorbique
Acide deshydroascorbique



Structure chimique :
Les vitamines sont classées en deux groupes selon leur solubilité :
- Dans les solvants organiques (Vitamines liposolubles : A, D, E, K, F). Ces vitamines sont stockées dans le foie et le tissu adipeux (graisses).Elles ne s'éliminent pas facilement.
Elles vont s'accumuler dans l'organisme, ainsi, prises en quantité exagérée, elles peuvent nuire à l'organisme.
- Dans l'eau (Vitamines hydrosolubles : B1, B2, PP, B6, B8, B12, C). Elles restent donc dans l'organisme et les surplus sont filtrés puis éliminés rapidement dans les urines.

Un surplus de vitamine ne peut améliorer les performances d'un organe qui fonctionne déjà normalement.
Les vitamines sont variablement sensibles à différents paramètres comme : la chaleur, la lumière, les agents oxydants et réducteurs, l'humidité, les bases et les acides.

Historique :

La recherche vitaminique prend son sens à la fin du XIXe siècle. Pasteur, dans ses travaux, met en évidence, comme responsables de certaines maladies, la présence d'agents exogènes (Microbe ou toxine microbienne).
Pour les vitamines, la démarche est inversée. C'est l'absence d'un facteur nutritionnel qui est à l'origine des grandes maladies carentielles : béribéri, scorbut, kashiorkor, rachitisme et pellagre.
On retrouve une description clinique du béribéri dans des écrits chinois datant de 2600 avant J.-C. et de celle du scorbut dans le papyrus d'Eber de 1150 avant J.-C.
Dès l'Antiquité, les hommes savent comment soigner certaines maladies grâce aux aliments.
Sur les papyrus égyptiens datant de 1500 avant J.-C., on conseille d'appliquer du jus de foie sur les yeux des malades atteints de cécité crépusculaire.
Cependant ils n'ont pas encore découvert la notion de « carence » alimentaire à proprement dite.
Au XVIe siècle, ces maladies furent décrites chez les marins, les prisonniers, et dans les villes assiégées.
Ces maladies, aux symptômes toujours identiques, faisaient alors des ravages dans tout groupe humain confiné et mal nourri.
Les marins découvrirent l'efficacité des décoctions d'aiguilles de pins et du jus de citron pour traiter et prévenir le scorbut.
Le scorbut, très fréquent sur les navires au long cours, faisait des ravages dans les équipages.
En 1890, C. Eijkmann met en évidence un facteur nutritionnel extrait de la cuticule de riz susceptible de guérir le béribéri.
C'est ce facteur nutritionnel que C. Funk va appeler vitamine (Amine vitale) en 1911, créant ainsi un concept révolutionnaire : la notion de facteur nutritionnel indispensable à la vie que l'homme doit trouver dans son alimentation quotidienne.
De 1910 à 1950, les facteurs responsables des maladies carentielles sont isolés, identifiés puis synthétisés par des équipes remarquables dont les travaux seront couronnés par une quinzaine de prix « Nobel ».
Avec T. Reichstein débute, en 1933, une étape décisive, celle du passage du laboratoire de recherche à l'usine de fabrication.
Ce chercheur propose à la firme F. Hoffman-La Roche de produire industriellement la vitamine C selon un procédé original qu'il a mis au point.
C'est l'ère de la mise en évidence de nouvelles propriétés des vitamines et de leurs dérivés.
En 1955, on découvre l'existence d'une action pharmacologique des fortes doses d'acide nicotinique (Effet hypolipémiant) puis, en 1968, de celle des dérivés de la vitamine A (Rétinoïdes et différenciation cellulaire).
Enfin, dans les années 80, il est mis en évidence qu'un statut vitaminique déficient est un facteur de risque pour certaines maladies : cancers, maladies cardiovasculaires, perturbation de l'immunité, cataracte, pathologie osseuse, malformations foetales. Les vitamines peuvent donc jouer un rôle de protection.
L'apport de vitamines se fait au travers de l'alimentation. Elles sont absorbées, passent dans la circulation pour rejoindre les tissus où elles jouent leur rôle, puis sont éliminées.
Il existe des différences dans le métabolisme suivant les vitamines.

Dans l'estomac, les différentes formes vitaminiques sont libérées des aliments et les dérivés complexes, dégradés en vitamines libres.
Les vitamines sont absorbées dans l'intestin grêle, principalement au niveau du duodénum et du jéjunum.
Seule la vitamine C et la vitamine B12 sont absorbées au niveau de l'iléon. Pour cette dernière, il s'agit d'un site extrêmement spécifique.
Les méta quinones (Vitamine K2) peuvent être absorbées au niveau du colon.

Vitamines liposolubles Grêle proximal (duodénum et jéjunum)A, bêta-C, D, E, K
Vitamines liposolubles Colon K2
Vitamines hydrosolubles Grêle proximal (duodénum et jéjunum)B1, B2, PP, B5, B6, B8, B9
Vitamines hydrosolubles Grêle distal (iléon)C, B12

Bêta-C : bêta-carotène
K1 : phylloquinone
K2 : méta quinone
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JESSI



Inscrit le: 13 Aoû 2008
Messages: 164

MessagePosté le: Lun Sep 15, 2008 12:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

LES VITAMINES HYDROSOLUBLES

La vitamine C (Acide ascorbique) :
Caractéristiques : L'acide ascorbique est une poudre cristalline blanche chimiquement proche du glucose. La plupart des animaux et des plantes la fabriquent à partir du glucose excepté pour les hommes, les singes, les cochons d'inde, les truites et les saumons.
Elle est soluble dans l'eau, plus difficilement dans l'alcool et pas du tout dans l'éther ou le chloroforme.
Les additifs alimentaires correspondant à la vitamine C sont les additifs E 300 et E 301.
La vitamine C est extrêmement sensible :
A l'oxygène de l'air. Elle s'altère rapidement pendant le stockage et la préparation des aliments. Cette sensibilité augmente encore :
- à température élevée,
- en présence d'enzymes,
- à la lumière,
- en présence de métaux tels que le fer et le cuivre (La préparation des confitures dans des
- bassines en cuivre est une erreur).
- A la chaleur. La cuisson des aliments détruit la vitamine C d'autant plus qu'elle se prolonge. Il faut compter une perte de 30 à 50% en ce qui concerne la cuisson à l'eau ou à la vapeur, une perte de 35% pour la cuisson sous vide. La vitamine C est relativement bien conservée dans les conserves, les bocaux, les surgelés par rapport à l'étal des primeurs.
- A l'ionisation et au pH neutre ou alcalin. Elle n'aime que le pH acide.
- A la pasteurisation. La pasteurisation détruit 20% de la vitamine C du lait et la stérilisation beaucoup plus ! c'est pourquoi le lait des nourrissons est enrichi en vitamine C.
Rôle physiologique : La vitamine C est antiscorbutique. Elle intervient dans la respiration cellulaire en tant que transporteur d’hydrogène.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine C se trouve, principalement dans les légumes et les fruits frais, citrons, oranges, cassis. L'apport journalier moyen est de 75 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit du scorbut avec essentiellement des hémorragies cutanées (Follicules pileux), des muqueuses (Gingivales) ou profondes (Tissus conjonctif sous-cutané).
Les vitamines du groupe B : Les vitamines B sont transformées en coenzymes par le Mg2+. (Une carence de Mg2+ implique un nonfonctionnement des vitamines B). Elles jouent toutes un rôle dans le métabolisme énergétique des cellules et assurent leur renouvellement. Une alimentation équilibrée et variée procure suffisamment de vitamines hydrosolubles.

La vitamine B1 (Thiamine) :
Caractéristiques : C'est la vitamine la plus sensible à la chaleur en milieu aqueux et alcalin. Elle est sensible à l'oxydation, à l'acidité et à l'ionisation.
Son absorption est très perturbée par l'excès d'alcool et de café. Elle diminue chez les personnes âgées et chez les personnes souffrant de vomissements, diarrhées, cancers, maladies hépatiques et d’absence de sécrétion acide dans l'estomac.
Rôle physiologique : La vitamine B1 est antinévritique. Elle intervient dans le métabolisme énergétique.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine B1 se trouve, principalement dans la levure de bière, le foie et les reins des mammifères et la pellicule du riz (Cuticule). L'apport journalier moyen est de 2 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit du béribéri avec essentiellement des troubles nerveux et cardio-vasculaires et des polynévrites.

La vitamine B2 (Riboflavine) :
Caractéristiques : Elle résiste à la chaleur (Pasteurisation, cuisson et stérilisation), à la congélation et au salage. Elle est dénaturée par les ultraviolets. Sa source principale étant le lait, celui-ci est conservé dans des emballages opaques (Carton ou bouteilles). Elle est faiblement soluble dans l'eau.
La vitamine B2 est avec le Mg2+ nécessaire à l'activation des vitamines B6 et B3. Un déficit en vitamine
B2 et en Mg2+ peut entraîner secondairement un déficit en vitamines B6 et B3.
Rôle physiologique : La vitamine B2 intervient dans les réactions d’oxydations cellulaires et entre dans la constitution du ferment jaune de Warburg.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine B2 se trouve, principalement dans la levure de bière, le foie, les oeufs et le lait. L'apport journalier moyen est de 2 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit de l’ariboflavinose avec essentiellement l’inflammation des lèvres (Chéilite) et de la cornée (Kératite) qui entraîne une diminution de l’acuité visuelle.

La vitamine B3 (Vitamine PP - Niacine) :
Caractéristiques : L'Homme synthétise principalement la vitamine B3, à partir du tryptophane. Une faible partie est quant à elle, apportée par l'alimentation. Elle est présente essentiellement dans le foie. Elle résiste à la chaleur, à la lumière, à l'oxydation et aux alcalins. Elle est soluble dans l'eau et dans l'alcool.
Rôle physiologique : La vitamine B3 est antipellagreuse, plus connue sous le nom de vitamine PP « pellegra preventing). Elle intervient dans les processus réducteurs du métabolisme hydrocarboné en tant que coenzyme.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine B3 se trouve, principalement dans la levure de bière, le foie et les reins de mammifères. L'apport journalier moyen est de 20 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit de la pellagre avec essentiellement une éruption cutanée croûteuse, des troubles digestifs (Inflammation des muqueuses intestinales) et, enfin, à un stade plus avancé, des troubles nerveux.

La vitamine B5 (Acide Pantothénique) :
Caractéristiques : Les vertébrés ne synthétisent pas l'acide pantothénique, il est apporté uniquement par l'alimentation. La vitamine B5 est sensible à la chaleur en solution aqueuse. Elle est très répandue dans la nature (Acide pantothénique signifie « que l'on trouve partout » en grec). Elle est très présente dans le foie, le rein, l'encéphale et le coeur. La vitamine B5 est le précurseur du coenzyme A et est son constituant principal. Le coenzyme A intervient dans le métabolisme des lipides glucides et protides. Il est impliqué dans la synthèse des hormones stéroïdes dérivant du cholestérol et dans la synthèse de l'hême de l'hémoglobine. La vitamine B5 favorise la croissance et la résistance de la peau et des muqueuses. Elle prévient les troubles des phanères (Poils, cheveux et ongles).
La vitamine B5 est impliquée dans le développement et le fonctionnement du système nerveux central.
Rôle physiologique : La vitamine B5 intervient sous forme de coenzyme A. Ce coenzyme est essentiel dans le métabolisme intermédiaire, en particulier, dans l’oxydation des acides gras.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine B5 se trouve, principalement dans la levure de bière, le jaune d’oeuf, les reins et le foie des mammifères.
Carences et ses conséquences :Aucune carence pantothénique n’a été décrite dans l’espèce humaine.

La vitamine B6 (Pyridoxine) :
Caractéristiques : La vitamine B6 résiste à la chaleur et aux acides. Elle est détruite par les alcalins et la lumière. Elle résiste à l'oxydation. Elle est soluble dans l'eau. Elle existe en majorité dans le foie puis dans le cerveau, le plasma, et les globules rouges.
Rôle physiologique : La vitamine B6 intervient sous forme de coenzyme dans des réactions de transamination et de décarboxylation des acides aminés.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine B6 se trouve, principalement dans la levure de bière, le lait et les oeufs. L'apport journalier moyen est de 2 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit d’acrodynie et de lésions nerveuses.

La vitamine B8 (Vitamine H ou Biotine) :
Caractéristiques : La vitamine B8 est soluble dans l'eau et les solutions alcalines mais elle est peu soluble en milieu acide ou dans les solutions organiques. Elle est stable à la chaleur et en solution aqueuse. Elle est peu sensible à l'oxydation. Elle est détruite par les rayons ultraviolets. Elle existe principalement dans le foie, les reins, l'encéphale, et les glandes surrénales.

La vitamine B9 (Acide folique ou folacine) :
Caractéristiques : La vitamine B9 est détruite par la chaleur et l'oxydation. Elle est surtout emmagasinée dans le foie. Son absorption est améliorée par le Zinc. Une partie est synthétisée par les bactéries intestinales. La vitamine B9 ou M, dans les additifs alimentaires, correspond à l'acide folique ou folate.
Rôle physiologique : La vitamine B9 est antianémique. Elle intervient dans la formation du sang. Elle est essentielle pour la maturation des mégaloblastes ainsi que dans le métabolisme des certains acides aminés.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine B9 se trouve, principalement dans la levure de bière, les légumes frais à feuilles vertes tels que les épinards, les asperges, ... L'apport journalier moyen est de 15 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit de troubles dans l’hématopoïèse (anémie) et de troubles de la croissance.

La vitamine B12 (Cobalamine) :
Caractéristiques : C'est la seule vitamine à contenir des ions Cobalt, d'où son nm « cobalamine ». Elle est sensible à la lumière. Elle est détruite à la chaleur en milieu acide ou basique mais résiste à la chaleur en milieu neutre. Elle résiste à l'oxydation. Elle est très soluble dans l'eau mais peu soluble dans l'alcool et les solvants organiques. La majorité du stock de vitamine B12 est d'environ 3 à 4 mg, essentiellement contenu dans le foie.
Rôle physiologique : La vitamine B12 est antianémique. Elle intervient dans la formation du sang. Elle est indispensable à la maturation des globules rouges. Elle intervient, aussi, dans le métabolisme lipidique.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine B12 se trouve, principalement dans le foie et les reins de mammifères. L'apport journalier moyen est de 2 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit de troubles dans l’hématopoïèse (Anémie de Biermer ou anémie hyperchrome mégalocytaire).

La vitamine T :
Caractéristiques : Encore, mal connues, les vitamines T, comme la vitamine U, appartiendraient au groupe des vitamines B. Elle joue un rôle dans la coagulation.

La vitamine U :
Caractéristiques : Encore, mal connues, les vitamines U, comme la vitamine T, appartiendraientt au groupe des vitamines B. Elle pourrait être considérée comme une vitamine anti-ulcéreuse.


LES VITAMINES LIPOSOLUBLES


La vitamine A (Rétinol) :
Autres noms : Les autres noms de la vitamine A sont : rétinol, rétinal, acide rétinoïque, rétinyle phosphate, rétinyle palmitate ou provitamine A : bêta-carotène et ß-carotène.
Caractéristiques : La vitamine A existe sous deux formes, le rétinol et le bêta-carotène. Elle existe, aussi, sous forme d'ester de rétinol dans les aliments d'origine animale, celui-ci est transformé dans l'intestin en rétinol qui est la forme active de la vitamine A. Une fois que le rétinol aura atteint les cellules cibles, il sera transformé en plusieurs dérivés actifs, les plus importants étant le rétinal et l'acide rétinoïque.
La provitamine A désigne certains caroténoïdes dont le bêta-carotène est le chef de file. Il existe environ
560 caroténoïdes et seulement une dizaine de ces caroténoïdes dont le bêta-carotène peuvent donner naissance à la vitamine A (Rétinol). La grande majorité des caroténoïdes ne peuvent se transformer en
vitamine A mais ils ont pour la plupart ainsi que pour le bêta-carotène des propriétés anti-oxydantes que ne possède pas la vitamine A. Les caroténoïdes existent surtout dans les végétaux.
Le terme de vitamine A est réservé à la vitamine « préformée ». Le rétinol est trouvé dans les produits d'origine animale. C'est aussi le terme utilisé pour la forme synthétique.
La vitamine A est insoluble dans l'eau. Elle est soluble dans les graisses, l'éther, le chloroforme et l'acétone. Elle est stable à la chaleur. Elle est très sensible à l'oxydation, à la lumière et à l'air. La quasitotalité (90%) de la vitamine A absorbée est stockée dans le foie.
Les provitamines A sont beaucoup moins fragiles. Elles se diffusent dans l'ensemble des tissus, on les retrouve dans les lipides circulants qu'elles protègent de l'oxydation, dans les membranes des cellules, dans la peau et dans la rétine qu'elles protègent du soleil, dans le tissu adipeux et dans les testicules ou leur rôle est encore inconnu.
Le bêta-carotène, par ses propriétés anti-oxydantes neutralise l'oxygène singulet, molécule voisine des radicaux libres et protège les tissus épithéliaux en réduisant les risques de cancers.
La pro-vitamine A correspond à l'additif alimentaire E 160. Elle est utilisée pour ses propriétés antioxydantes.
Rôle physiologique : La vitamine A est antixérophtalmique. Elle intervient dans la constitution de la rhodopsine (Pigment visuel). Elle est nécessaire à la vision nocturne.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine A se trouve, principalement dans l’huile de foie de morue et de flétan, les oeufs, les légumes jeunes tels que les tomates, les poivrons, les carottes, … et les fruits. L'apport journalier moyen est de 1,5 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit d’héméralopie (Perte de la vision crépusculaire), de xérophtalmie (Ulcération de la cornée) et de la diminution de la résistance aux infections..

La vitamine D (Calciférol) :
Autres noms : Les autres noms de la vitamine D sont : calciférol, calcifédiol, cholécalciférol, ergocalciférol, dihydroxycholécalciférol, vitamine soleil et vitamine antirachitique.
Caractéristiques : Le nom de vitamine D ou calciférol a été donné à une famille de composés ayant une activité antirachitique.
La vitamine D2 ou ergocalciférol a été isolée de l'ergot de seigle et se trouve dans la plupart des aliments.
Elle peut être synthétisée par irradiation ultraviolette de l'ergostérol.
La vitamine D3 ou « stérol d'origine végétale ».
La vitamine D3 ou cholécalciférol a été isolée à partir de l'huile de poisson.
Le terme de vitamine D est utilisé indifféremment pour les formes D2 ou D3.
Le calciférol présent dans l'organisme a une double origine : endogène et exogène.
Compte tenu de l'importance de la synthèse endogène et de la faible teneur en vitamine D2 de l'alimentation, les principaux dérivés proviennent de la vitamine D3 d'origine endogène.
Sa forme biologique active, le 1,25 (OH) D2, synthétisée par hydroxilation de la vitamine D au niveau du foie et du rein, est une véritable prohormone.
Au niveau de ses organes cibles : intestins, os et rein, elle agit à la manière d'une hormone stéroïde en déclenchant la synthèse d'une protéine spécifique par la cellule.
Elle est dégradée assez rapidement par la lumière, l'oxigène et les acides.
La vitamine D se présente sous l'aspect d'une poudre cristalline blanc jaunâtre. Elle est très soluble dans
l'ether et le chloroforme, légèrement soluble dans les huiles et les graisses mais insoluble dans l'eau.
Contrairement aux autres vitamines liposolubles la vitamine D n'est pas stockée dans le foie.
Les principaux sites de stockage sont le tissu adipeux et les muscles.
La vitamine D sous forme cristallisée est assez stable à la chaleur. Par contre, en solution huileuse, il se produit une isomérisation.
Rôle physiologique : La vitamine D est antirachitique. Elle intervient dans le métabolisme phosphocalcique. Elle stimule l’absorption intestinale du calcium et du phosphore.
Sources principales et besoins journaliers : L’apport alimentaire en vitamine D est secondaire par rapport à la biosynthèse cutanée réalisée sous l’effet des rayons solaires (Ultraviolets). L'apport journalier moyen est de 0,025 mg.
Carences et ses conséquences : Il s’agit du rachitisme. Le rachitisme est un défaut de calcification du squelette. Chez l’adulte, l’avitaminose D entraîne l’ostéomalacie (Ramollissement des os dû à une décalcification).

La vitamine E (Tocophérol) :
Autres noms : Les autres noms de la vitamine E sont : d-alpha-tocophérol, d-beta-tocophérol, d-gamma-tocophérol, ddelta-tocophérol, RRR-alpha-tocophérol, tocophérols conjugués, tocotriénol, acétate ou succinate de dalpha-tocophéryle.
Caractéristiques : La vitamine E est présente dans l'alimentation sous forme de tocophérols : composés liposolubles.
On distingue plusieurs tocophérols : l’alpha-tocophérol (Le plus fréquent et le plus réactif biologiquement), le bêta-tocophérol, le gamma-tocophérol et le delta-tocophérol.
Tous les tocophérols se présentent, à la température ambiante, sous la forme d'une huile visqueuse de coloration jaune pâle.
Les tocophérols sont : insolubles dans l'eau et très solubles dans les graisses, les huiles et les solvants organiques (Ether, acétone, chloroforme, méthanol, ...). Ils sont peu sensibles à la chaleur, à la lumière et aux acides. Ils sont très sensibles à l'oxydation et aux bases.
Antioxydante, la vitamine E contribue à neutraliser les radicaux libres qui peuvent s'accumuler dans les tissus gras de l'organisme. Elle correspond aux additifs alimentaires E 306, E 307, E 308, et E 309. De nombreux suppléments de vitamine E synthétique portent la mention « naturelle ». Si le terme présent dans la liste des ingrédients commence par d-alpha il s'agit de la forme naturelle. Si c'est dl-alpha, c'est la forme synthétique. Il arrive que le produit soit mélangé et porte simplement la notion de « vitamine E », il s'agit alors sûrement de la forme synthétique.
Les formes synthétiques sont : dl-alpha-tocophérol, acétate ou succinate de d1-alpha-tocophéryle et allrac-alpha-tocophérol.
Rôle physiologique : La vitamine E est liée à la fécondité. De façon précise, elle est mal connue. Elle intervient comme facteur antioxydant et semble, également, intervenir d’une manière spécifique au niveau de l’appareil génital.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine E se trouve, principalement dans les oeufs, le beurre, l’huile d’arachide et les germes de blé. L'apport journalier moyen est de 20 mg.
Carences et ses conséquences : Ceci n’a jamais été observé à l’état pur dans l’espèce humaine. On peut considérer qu’elle détermine des troubles de la reproduction.

La vitamine K (Phylloquinone) :
Autres noms : Les autres noms de la vitamine K sont : vitamine de la coagulation, phylloquinone, phytoménadione, phytonadione ou vitamine K1, ménaquinone, ménatétrénone ou vitamine K2 et ménadione ou vitamine
K3.
Caractéristiques : La vitamine K est un facteur anti-hémorragique ou de coagulation. Les quatre facteurs de la coagulation dépendants de la vitamine K sont : le facteur II ou prothrombine, le facteur VII ou proconvertine, le facteur IX ou antihémophilique B et le facteur X ou Stuart.
La phylloquinone se présente sous l'aspect d'une huile jaune d'or. Elle est insoluble dans l'eau, peu soluble dans l'alcool et facilement soluble dans l'éther, le chloroforme, ainsi que dans les graisses et dans les huiles. Elle est lentement dégradée par l'oxygène de l'air et plus rapidement par la lumière. Elle est stable
à la chaleur mais dégradée par les alcalins. Il existe deux sources naturelles de vitamine K : les aliments et les bactéries de la flore intestinale.
Rôle physiologique : La vitamine K est antihémorragique. Elle intervient dans la synthèse hépatique de la prothrombine.
Sources principales et besoins journaliers : L’apport alimentaire en vitamine K est secondaire par rapport à la biosynthèse réalisée par la flore bactérienne intestinale. Tous les légumes verts contiennent de la vitamine K. L'apport journalier moyen est de 4 mg.
Carences et ses conséquences : Les troubles constatés de la coagulation sanguine sont dus à une diminution de la prothrombine
plasmatique (Allongement du temps de coagulation).

La vitamine F :
Caractéristiques : On regroupe sous le nom de « vitamine K » des acides gras non saturés tels que acide linoléique, acide linolénique, acide arachidonique, .
Les acides gras poly-insaturés sont présents dans toutes les cellules.
Les acides gras poly-insaturés sont les constituants des matières grasses ou « lipides ».
Ces lipides, les « triacylglycérol »', sont les plus importants quantitativement dans notre alimentation. Ils sont constitués d'un « noyau » glycérol auquel viennent s'attacher trois acides gras. Les acides gras sont des molécules linéaires composées de carbone et d'hydrogène.
Un acide gras est dit poly-insaturé lorsque plusieurs paires d'atomes de carbone consécutifs sur la chaîne, sont unis par des doubles liaisons.
L'acide linoléique (Famille des omégas 6) et l'acide alpha-linolénique (Famille des omégas 3) font parti des acides gras poly-insaturés indispensables.
Remarque : plus une matière grasse est riche en acides gras insaturés, plus elle va être fluide à base
température.
L'acide linoléique est un acide gras poly-insaturé dit indispensable car il ne peut pas être synthétisé par l'homme. Il doit donc être apporté par l'alimentation. Il appartient à la famille des acides gras « omégas
6 » ou « n 6 » car sa dernière double liaison est à 6 carbones du carbone terminal de la chaîne (Appelé carbone n). On le retrouve en abondance dans l'alimentation actuel.
L'acide a-linolénique est un acide gras poly-insaturé dit indispensable car il ne peut être synthétisé par l'Homme. Comme l'acide linoléique, son apport direct par l'alimentation est obligatoire pour la couverture de nos besoins. Il appartient à la famille des acides gras « omégas 3 » ou « n 3 » car sa dernière double liaison est à 3 carbones du carbone terminal de la chaîne (Appelé carbone n). Son existence est très faible dans l'alimentation actuelle. Les apports se font la plupart du temps avec ses dérivés DHA, EPA ou sous forme d'huile de poisson. On le trouve pourtant facilement dans l'huile de chanvre (20%), l'huile de cameline (35%).
L'acide a-linolénique est liposoluble. Il est nécessaire à la synthèse des graisses. C’est un facteur de croissance. Il intervient dans le métabolisme du cholestérol et de certains acides gras. Il aide au maintien de l'étanchéité normale des membranes cellulaires. Pour un traitement efficace, l'acide linoléique et l'acide a-linolénique doivent agir en synergie avec les vitamines B6 ou pyridoxine et E ou tocophérols.
Rôle physiologique : La vitamine F interviendrait dans le métabolisme des lipides.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine F se trouve, principalement dans toutes les huiles végétales. L’huile de lin en contient en forte quantité.
Carences et ses conséquences : Aucune avitaminose n’a pu être observée dans l’espèce humaine. Chez l’animal de laboratoire, il a été observé des troubles de la croissance et des lésions rénales.

La vitamine B4 :
Rôle physiologique : La vitamine B4 intervient sur le noyau des purines. L’adénine permet la synthèse des nucléoprotéides.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine B4 se trouve principalement dans la levure de bière, le foie, les reins, les betteraves et le thé. L'apport journalier moyen est de 15 mg.
Carences et ses conséquences : Il semble ne pas exister de carence, mais un apport accru permet de pallier certaines déficiences en globules blancs.

La vitamine H :
Rôle physiologique : La vitamine H intervient au cours de la biosynthèse des acides gras.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine H se trouve principalement dans les reins, le foie et le jaune d’oeuf. L'apport journalier moyen est de 20 mg.
Carences et ses conséquences : Il a été constaté des dermatites et des troubles psychiques.

La vitamine P :
Rôle physiologique : Le rôle de la vitamine P est encore inconnu.
Sources principales et besoins journaliers : La vitamine P se trouve principalement dans tous les fruits tels que les citrons, le raisin, les prunes, ... L'apport journalier moyen est inconnu.
Carences et ses conséquences : Les troubles constatés sont des pétéchies dues à une diminution de la résistance capillaire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mag de Luca



Inscrit le: 31 Jan 2014
Messages: 11

MessagePosté le: Sam Juin 07, 2014 9:53 am    Sujet du message: Levure de biere Répondre en citant

Hello,

J'ai vu que beaucoup d'opérer perdaient leurs cheveux ... Vu le peu d'aliments ingères au début ... Faut il prévoir des compléments alimentaires ? Ou le doc donne ce qu'il faut ?

Levure de biere, spiruline ... Compatible avec un by-pass ???
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bou2chou



Inscrit le: 07 Juin 2006
Messages: 5838
Localisation: Limoges

MessagePosté le: Sam Juin 07, 2014 10:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Si tu perds tes cheveux, il te prescrira ce qu'il faut oui.
_________________
Le cœur et l'estomac communiquent ; on réconforte celui-là en comblant celui-ci.
[Gilles Marcotte]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ::OBESITE-87:: Index du Forum -> Sources alimentaires des vitamines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com